1. LOGO/DRAPEAU 

hhkk hukk

 

 

 

 

Capture1 Capture2 Capture3

 

  1. NOM DU PARTENAIRE:

JAPON

JICA (AGENCE JAPONAISE DE COOPERATION INTERNATIONALE)

 

  1. PRESENTATION :

L’Ambassade du Japon

Le Japon a ouvert à Dakar sa première ambassade en Afrique de l’Ouest en 1962 et le début de sa coopération économique avec le Sénégal remonte à 1976. Depuis, il continue son assistance sans cesse, principalement dans les domaines des services sociaux de base (Santé, Education et Eau),du reboisement, de l’agriculture, de la pêche et des infrastructures. Ses assistances financières technique durant presque 40 ans s’elèvent à 161,5 Milliards de yens, soit près de 780 Milliards de francs CFA (jusqu’en mars 2013). L’accord pour l’envoi des volontaires JOCV, Japanese Overseas Cooperation Volunteers, a été conclu entre le Sénégal et le Japon en avril 1979.

Lors de l’atteinte du point d’achèvement du Sénégal dans le cadre du processus des pays pauvres très endettés(PPTE) en 2004, le Japon a annulé la totalité de sa dette issue des prêts en Yen (9 Milliards 804 millions de Yen). Il s’en est suivi aussitôt un nouveau prêt accordé au Sénégal en 2005 dans le cadre du projet sous-régional, le corridor Bamako-Dakar en co-financement avec la BAD(Banque africaine de développement). En mai 2005, l’Accord de coorpétation technique a été conclu ; ce qui facilite davantage la mise en oeuvre de l’assistance technique.

Le Sénégal, qui compte aujourd’hui 65 volontaires en activité (août 2014), est le plus important pays d’accueil des volontaires japonais en Afrique de l’Ouest. En automne 2014, le nombre  de volontaires japonais envoyés au Sénégal se chiffre à 1 .000 personnes.

L’Ambassade du Japon s’occupe principalement des politiques et des accords concernant  la coopération économique et financière. Le service de la coopération au sein de l’Ambassade compte un effectif de 13 personnes. L’Ambassade et le bureau de la JICA, agence d’exécution, forment ce qu’on appelle communément une Task-Force de l’APD, une plateforme chargée de planifier, coordonner et évaluer la mise en oeuvre de la coopération.

La Cinquième Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICADV)

La TICAD est une initiative lancée en 1993 par le Gouvernement du Japon pour promouvoir un dialogue politique de haut niveau entre les dirigeants africains et leurs partenaires dans le domaine du développement. La TICAD est devenue le principal cadre mondial dont la mission est de coordonner l’exécution de programmes visant à promouvoir le développement de l’Afrique. Les principes directeurs de la TICAD sont “l’Appropriation” par les Africains de leur processus de développement et le “Partenariat” international. Une composante importante de ce cadre de concertation est la coopération entre l’Asie et l’Afrique. Le processus de la TICAD bénéficie de l’appui des co-organisateurs, à savoir le Gouvernement du Japon, la JICA, l’Organisation des Nations Unies pour le Développement (PNUD), la Banque Mondiale, et la Commission de l’Union Africaine.

Du 01er au 03 juin 2013, s’est tenue au Japon la Cinquième Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICADV) avec comme thème « Un développement inclusif et dynamique de l’Afrique » , 39 chefs d’Etat Africain ont pris part à la cérémonie. À l’issue de la conférence, la Déclaration de Yokohama 2013 et le Plan d’action de Yokohama 2013-2017 ont été adoptés. Le Japon appuiera la croissance africaine jusqu’à environ 3.200 milliards de yen (équivalent à 32 milliards de dollars) à travers des ressources publiques et privées, incluant environ 1.400 milliards de Yen (équivalent à 14 Milliards de dollars) de l’Aide Publique au Développement (APD) sur les 5ans à venir. Pour de plus amples informations, sur les recommandations de la TICADV, veuillez cliquer sur le lien ci-après

http://www.mofa.go.jp/files/000005506.pdf

La JICA

Depuis son adhésion au plan de Colombo en 1954, le Japon fournit une assistance technique et financière aux pays en développement par le biais de l’APD en vue de contribuer à la paix et au développement de la communauté internationale et d’assurer ainsi sa propre sécurité et prospérité.

La JICA assiste et soutient les pays en développement en qualité d’agence d’exécution de l’APD japonaise. Selon sa vision d’un « Développement inclusif et dynamique », la JICA contribue à résoudre les problèmes des pays en développement en recourant aux outils les mieux adaptés parmi une large panoplie de méthodes d’aide et à une approche à la fois régionale, nationale et par problème.

La JICA est la plus importante agence d’aide bilatérale dans le communauté internationale; elle est active dans plus de 150 pays et régions et son réseau compte une centaine de bureaux à travers le monde.

La JICA met en œuvre une assistance efficace et rationnelle dans le cadre de la politique d’aide du gouvernement japonais, basée sur une large perspective allant au-delà des programmes d’assistance tels que la coopération technique, les prêts d’APD et l’aide financière non remboursable.

En particulier, la JICA dirige la formulation et la mise en œuvre accélérée de projets en entreprenant des études préliminaires afin d’examiner sur le terrain, la nature de l’assistance avant de recevoir les demandes d’aide de la part des pays partenaires.

 

  1. DOMAINES DE COOPERATION AVEC LE SENEGAL 

Le Sénégal occupe une place importante dans la diplomatie japonaise et ce pour plusieurs raisons. Le Sénégal est un pays démocratique et stable depuis son indépendance en 1960 ; il a un poids prépondérant dans la diplomatie africaine et joue un rôle de médiateur pour résoudre les conflits militaires dans la sous-région. Le Sénégal est aussi un membre très actif au sein de l’Union Africaine (UA) et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).  De ce fait, l’assistance pour le Sénégal pourra contribuer de manière certaine à la stabilité et au développement de l’ensemble de la région ouest-africaine.

Le Japon mène ses programmes au Sénégal dans les suivants:

  • Programme 1-Aménagement des infrastructures économiques: afin d’avoir une meilleure amélioration du réseau de transport et des infrastructures sociales et économiques dans les zones urbaines, l’investissement dans les infrastructures, en mobilisant à la fois l’aide financière non remboursable et les prêts, sera privilégié. En outre, pour assurer une croissance durable, il est important de prendre en compte les aspects urbains et régionaux.
  • Programme 2-Promotion du secteur privé : Le Japon continuera le renforcement du Centre de Formation Professionnelle et Technique Sénégal-Japon (CFPT) et la coopération sud-sud pour le développement des ressources humaines orientées vers l’industrie, suivant la politique de la TICAD V. Afin de promouvoir le secteur privé, qui est le moteur de l’économie sénégalaise, il appuiera la promotion des investissements et des industries, en poursuivant la collaboration avec les entreprises japonaises.
  • Programme 3-Appui à l’amélioration de l’économie rurale: En vue de booster l’économie rurale, le programme met en priorité la culture du riz, la première denrée alimentaire du pays, et va promouvoir sa production nationale à travers diverses composantes telles que l’amélioration de la productivité, de la distribution, de la gestion des fermes, etc. Le programme sera mis en oeuvre conformément à la Stratégie Nationale de Développement de la Riziculture (SNDR) adoptée dans le cadre de la Coalition Africaine pour le Développement de la Riziculture (CARD). Il s’agit aussi de stimuler le développement global de l’économie rurale et la résilience contre le risque du changement climatique par le développement communautaire basé sur l’entretien de la durabilité des bases de production, l’augmentation des revenus des ruraux, la diversification des sources de revenus, la création d’activités économiques et la maîtrise de la dégradation de l’environnement.
  •  Programme 4-Promotion de la pêche durable : Dans le but de concourir à la croissance durable de l’économie, le programme envisage d’établir le modèle de développement de la chaîne de valeur des produits de la pêche. Ce modèle comprend le renforcement de la gestion des ressources halieutiques par la formation des ressources humaines pour le développement de leurs capacités et l’aménagement des infrastructures. Ce programme a aussi pour but de susciter la synergie entre ces deux mesures, de promouvoir une pêche compétitive et durable mais aussi de propager les acquis dans les pays voisins en Afrique de l’Ouest.
  • Programme 5-Renforcement du système de santé : il se compose de 3 volets :

(1) Améliorer la qualité des soins et l’accès aux services de santé maternelle et néonatale à travers le renforcement de la base (des ressources humaines, des infrastructures et des équipements) et du management

(2) Promouvoir la collaboration entre des structures sanitaires (le système référence contre référence) et la réalisation de la couverture santé universelle et du modèle EMBRACE (*Ensure Mothers and Babies Regular Access to Care : Assurer à la mère et au nouveau-né un accès régulier aux soins)

(3) Renforcer la capacité du Sénégal en tant que centre d’excellence pour les pays de l’Afrique de l’ouest francophone et diffuser les résultats utiles du Sénégal aux pays d’Afrique limitrophes

  • Programme 6-Amélioration de l’éducation de base : Le programme vise à favoriser l’amélioration de l’accès, de la qualité et de la capacité de gestion dans l’éducation de base. En ce qui concerne l’amélioration de la qualité, il vise à établir un système de stage pour les enseignants de mathématiques et de sciences. Quant à l’amélioration de la capacité de gestion, il s’agit d’établir un modèle de fonctionnement du Comité de Gestion d’Ecole. Le Japon invite le gouvernement sénégalais à vulgariser ces deux modèles au niveau national.

Domaines de coopération du Japon en rapport avec le document de politique économique nationale (PSE)

Programme des Volontaires Japonais

En plus de ces domaines de coopération, le Japon dispose d’un programme de volontaires dénommé, Service des Volontaires Japonais pour la Coopération à l’Etranger ou JOCV.

Le Service des Volontaires Japonais pour la Coopération à l’Etranger (JOCV) est un programme de coopération de la JICA basé sur la participation citoyenne. Les volontaires japonais qualifiés dans différents domaines liés au développement offrent une assistance à la population sénégalaise à travers les services décentralisés de l’Etat où ils sont affectés pour une durée moyenne de deux (2) ans.

Historique du Programme JOCV au Sénégal

Les premiers volontaires japonais sont arrivés au Sénégal en 1980; en 2004, débuta l’envoi du premier volontaire sénior au Sénégal. En 2014, 1 000 volontaires auront effectué des missions au Sénégal depuis le début de la coopération.

Les objectifs spécifiques du JOCV sont :i) participer au développement socio-économique et et ii) contribuer aux bonnes relations entre le Japon et le pays d’accueil ;

 Aperçu des activités des Volontaires

Les volontaires exercent des activités de développement au niveau des communautés rurales, participent à la formation du personnel des structures sanitaires locales et à l’amélioration de la qualité des soins et services surtout en milieu hospitalier et mènent aussi des activités éducatives en partageant avec le personnel enseignant, leurs compétences dans divers domaines.

EE

 

5.PROJETS ET PROGRAMMES PHARES 

mnjkkuu

  1. SITE WEB DU PARTENAIRE :

Ambassade du Japon au Sénégal (http://www.sn.emb-japan.go.jp/fr/senegal/index.html)

Bureau de la JICA Sénégal (français) : http://www.jica.go.jp/french/index.html

 

  1. AUTRES LIENS UTILES

– Ministère des Affaires Etrangères(anglais) : http://www.mofa.go.jp/index.html

– Agence Japonaise  de Coopération Internationale(français) : http://www.jica.go.jp/french/index.html

 

  1. DOCUMENTS PERTINENTS A PARTAGER: (préciser, au besoin, lesquels doivent être accessibles au public

LA POLITIQUE D’ASSISTANCE DU JAPON POUR LE SENEGAL

http://www.sn.emb-japan.go.jp/fr/senegal/senegal.html

 

  1. CONTACT: (Nom du représentant ou chef de coopération, numéro de téléphone, e-mail, fax, etc.)

Ambassade du Japon au Sénégal

ONO Tomoyuki, Premier Secrétaire / Chef du Service de la Coopération

Tél/Fax: +221.33.849.5500/5555

E-mail: tomoyuki.ono@mofa.go.jp

 

Agence Japonaise de Coopération Internationale

KATO Ryuichi, Représentant Résident Bureau de la JICA au Sénégal

Tél: +221.33.859.7272/ Fax: +221.33.860.8856

E-mail: Kato.Ryuichi@jica.go.jp