1. LOGO/DRAPEAU

    Capture France

    1. NOM DU PARTENAIRE:

     République Française

    1. PRESENTATION :

    Selon le Comité d’Aide au Développement de l’OCDE, la France est aujourd’hui le principal bailleur bilatéral au Sénégal également premier bénéficiaire de l’APD française pour l’ensemble de l’Afrique sub-saharienne : 260 MUSD par an en moyenne sur la période 2011-2013.

    La stratégie de la France avec le Sénégal est de placer notre coopération et notre aide publique au service de la réduction des inégalités et de la croissance durable. Le document cadre de partenariat (DCP) signé en septembre 2013 pour la période 2013-2017 définit trois secteurs économiques et sociaux de concentration, prioritaires pour le développement du Sénégal, qui sont soutenus avec les moyens de l’Agence française de développement (AFD) et du Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade : le développement durable (agriculture, environnement, eau et assainissement), la gouvernance démocratique (Etat de droit, décentralisation, défense, lutte contre les trafics, société civile, finances publiques) et le développement humain (éducation et santé)

    La coopération avec le Sénégal s’articule autour de trois acteurs :

    Le Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France  est chargé de la coopération au développement. Ce service participe à la définition des orientations de l’aide française au Sénégal et développe des actions de coopération dans les secteurs principaux de son intervention : la coopération non gouvernementale par un soutien aux initiatives de la société civile françaises et sénégalaises et un appui aux coopérations décentralisées pour lesquelles près de 100 partenariats actifs existent entre les collectivités locales françaises et sénégalaises , la gouvernance démocratique et financière, la coopération technique et la gestion du réseau d’écoles à programme français. Une assistance technique est mise à disposition des institutions sénégalaises tous secteurs confondus et contribue à la mise en œuvre des projets de coopération.  Au 1er septembre 2014, 29 experts techniques bilatéraux travaillent au Sénégal et 174 volontaires sont répartis dans les administrations ou les entreprises.

    L’Agence française de développement (AFD) finance des projets ou programmes qui s’insèrent dans les priorités définies par le Gouvernement sénégalais et qui sont conformes aux orientations du DCP. Ces projets et programmes visent à l’amélioration de la compétitivité de l’économie sénégalaise afin de promouvoir une croissance soutenue, équitablement répartie sur le territoire et qui préserve le capital naturel du pays. Au Sénégal, l’AFD dispose d’une large gamme d’outils financiers : subventions, prêts souverains concessionnels, prêts aux entreprises publiques ou privées, garanties d’emprunts bancaires, prises de participation dans des entreprises privées via PROPARCO.

    Les activités du groupe AFD sont en progression constante. Depuis l’année 2000, l’AFD a engagé plus d’1,2 milliards d’euros au Sénégal. La moyenne annuelle des engagements du Groupe s’élève à 158 M€ sur la période 2008-2013 (y compris prêts d’appui budgétaire de 2008, 2012 et 2013). En 2012, 193,3 M€ ont été engagés (dont 130 M€ en prêt de soutien budgétaire). En 2013, le montant total des engagements de l’AFD au Sénégal a atteint 212 millions d’euros.

    Le Service d’économie régional (SER) couvre douze pays d’Afrique de l’Ouest. Il porte une attention particulière à toutes les questions économiques et financières qui concernent l’État, les grandes entreprises françaises, les opérateurs financiers et les grands projets du pays. Il produit des analyses sur la situation économique et financière dans la sous-région, suit les questions budgétaires – en coordination avec les bailleurs de fonds internationaux et les organisations gouvernementales -, participe à l’élaboration des positions de l’administration française dans les instances multilatérales (FMI, Banque Mondiale, Banque africaine de développement, Banque ouest-africaine de développement, etc.) et sous-régionales (UEMOA, CEDEAO et Zone Franc).

    La Direction Générale du Trésor à Paris, dont dépend le SER, dispose de deux instruments comptabilisés au titre de l’aide publique au développement de la France : le Fonds d’étude et d’Aide au Secteur Privé (FASEP) – instrument de don pour des études de faisabilité ou d’assistance technique – et la Réserve Pays Emergents – prêts concessionnels pour la réalisation de projets principalement dans le domaine des infrastructures.

    1. DOMAINES DE COOPERATION AVEC LE SENEGAL :

    Dans le cadre du développement durable, les actions de coopération contribuent à :

    -Appuyer l’agriculture et la gestion durable des ressources naturelles en visant l’amélioration de la sécurité alimentaire des populations rurales les plus vulnérables, l’autosuffisance alimentaire du pays, et en promouvant une agriculture plus productive, plus compétitive et plus durable tout en renforçant les capacités de maîtrise d’ouvrage des communautés rurales dans la gestion des ressources naturelles et foncières.

    – Redresser le secteur de l’énergie par des investissements répondant à une exigence forte de développement durable et de diversification du mix énergétique (énergie renouvelable et gaziers), par un soutien au développement du réseau, en particulier en milieu rural, et par un appui aux programmes de maîtrise énergétiques.

    – Renforcer les infrastructures d’accès à l’eau et à l’assainissement  par un appui à la réforme du secteur de l’eau et de l’assainissement dans le but d’améliorer son équilibre financier et de favoriser la réalisation des programmes d’investissements permettant d’accroître l’accès aux services d’eau potable et d’assainissement.

     

    Dans le cadre de la gouvernance démocratique, la coopération française contribue à :

    – Favoriser l’accès au droit et à la justice pour un plus grand nombre de sénégalais en  participant à la modernisation de l’institution judiciaire ;

    – Renforcer la gouvernance du secteur de la santé en priorisant la recherche médicale et la couverture médicale universelle.

    – Poursuivre le soutien à la gouvernance financière pour renforcer les administrations financières centrales et déconcentrées, et accompagner le processus de réforme de la  décentralisation engagée par le gouvernement sénégalais (ACTE III) en mettant particulièrement l’accent sur l’élargissement de l’assiette de l’impôt au niveau local. La coopération décentralisée riche d’une centaine de partenariats actifs continuera par ailleurs d’être soutenue et les projets seront orientés vers un accompagnement de cette réforme.

     En matière de développement humain, notre coopération vise à:

    – Poursuivre, dans le domaine de la santé, les actions menées contre les maladies transmissibles, en faveur de la santé de la mère et de l’enfant et tout particulièrement les actions en faveur de la planification familiale.

    – Améliorer la qualité du système éducatif et les conditions d’accès à l’enseignement de base, notamment en participant à la construction, la réhabilitation, l’extension et l’équipement d’écoles, de collèges et de centres de formation professionnelle dans les domaines d’activité prioritaires de l’économie sénégalaise.

    – Accompagner la réforme de l’université publique, notamment par un appui au développement de filières courtes (licences pro). Le programme d’attribution de bourses doctorales et post-doctorales, est maintenu : 150 bourses (étudiants et doctorants sénégalais) en moyenne sont accordées par an sur une enveloppe de 700 000 €.

    – Promouvoir la langue française dans l’enseignement, qui est au cœur de la problématique éducative sénégalaise. Les objectifs principaux portent sur la formation continue des enseignants du primaire et du secondaire en français.

    1. PROJETS ET PROGRAMMES PHARES :

    SCAC :

    • Le projet « Modernisation de la justice Sénégalaise (MOJUSEN, 0,8 M€ / 2014-16) s’inscrit dans le cadre de la politique judiciaire et gouvernementale du Sénégal visant l’amélioration de l’accès au droit des citoyens se trouvant dans des zones non couvertes par les juridictions, la formation continue et spécialisée des acteurs judiciaires sur les thèmes de la lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme, et la modernisation de la politique pénitentiaire.
    • le projet d’appui à la gouvernance financière des institutions nationales et locales (PAGIS, 0,6 M€ / 2015-17) comporte un volet de renforcement des administrations financières et un volet d’accompagnement du processus de décentralisation (Acte III). Il vise en particulier à renforcer les capacités, notamment sur le plan budgétaire et fiscal, des acteurs locaux qui se voient confier de nouvelles responsabilités ;
    • le fonds social de développement (FSD, 1 M€ / 2013-15) a pour objectif de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations défavorisées en accompagnant la mobilisation et la professionnalisation de la société civile sénégalaise. Une contrepartie financière additionnelle de 280 000 € est apportée par l’Etat du Sénégal.
    • Le programme d’Appui aux Initiatives de Solidarité pour le Développement (PAISD) a pour objectif de promouvoir les initiatives de développement économique et social au Sénégal, à travers la mobilisation des moyens et des compétences des ressortissants sénégalais établis en France. L’enveloppe de la phase II (2 M€ / 2014-16) s’accompagne d’une contrepartie du Sénégal à hauteur de 854.000€.
    • Le projet « plan d’action contre le terrorisme (PACT, 0,7 M€ / 2013-16) novateur par son approche à la fois stratégique et opérationnelle, vise à renforcer les capacités des services de Police et de Gendarmerie du Sénégal impliqués dans la lutte contre le terrorisme ainsi que celles des magistrats chargés de poursuivre, d’instruire et de juger les affaires judiciaires à caractère terroriste.
    • Le Fonds d’étude et d’Aide au Secteur Privé (FASEP) pour la réalisation d’études complémentaires sur le projet de renforcement des capacités de production d’eau potable à partir du Lac de Guiers (KMS3) et d’adduction pour alimenter Dakar (ALG3)

    Projets de l’AFD :

    • Le programme d’autoroute à péage Dakar-Diamniadio-AIBD
    • La construction de l’Aéroport International Blaise Diagne
    • Programme de valorisation du patrimoine touristique de Saint-Louis
    • Programme d’appui au renforcement de la compétitivité des entreprises (volets Mise à niveau des entreprises et Renforcement de la qualification des ressources humaines par la formation professionnelle)
    • Programme de réhabilitation du parc électrique de Sénélec
    • Construction d’une ligne d’interconnexion électrique entre la Mauritanie et le Sénégal
    • Programme de sécurisation de l’alimentation en eau potable de Dakar
    • Programme d’amélioration de la sécurité alimentaire et d’appui à la mise en marché des produits agricoles dans la région de Matam
    • Programme d’appui à l’agriculture irriguée et à l’élevage dans la région de Podor
    1. SITE WEB DU PARTENAIRE :

    www.ambafrance-sn.org

    http://senegal.afd.fr

    1. AUTRES LIENS UTILES

    http://twitter.com :FranceoSenegal

    https://www.facebook.com/pages/Ambassade-de-France-au Senegal/379882205436934

    1. DOCUMENTS PERTINENTS A PARTAGER

    Néant

    1. CONTACT: (Nom du représentant ou chef de coopération, numéro de téléphone, e-mail, fax, etc.)

     

    S.E.M. Christophe BIGOT, Ambassadeur de France

    1. Laurent PEREZ-VIDAL, Chef de la coopération et d’action culturelle
    2. Mme Laurence HART , Directeur AFD

    . Point focal Ambassade de France : Bernard SMOLIKOWSKI, Attaché de coopération (bernard.smolikowski@diplomatie.gouv.fr – tél. +221 33 839 51 70)

    .  Point focal AFD : Alexandra DIABY, chargée de projet (diabya@afd.fr -Tél. 33 849 19 93)

    Ambassade de France au Sénégal

    Rue El Hadji Amadou Assane Ndoye – BP 4035 – Dakar

    Tél. : + 221 33 839 51 00

    Webmestre.dakar-amba@diplomatie.gouv.fr